Apprendre à photographier le ciel de jour comme de nuit

S’il y a bien quelque chose que l’on peut photographier où que l’on soit c’est bien le ciel. Cet ami fidèle nous offre pleins de spectacles de couleurs, nuances sans compter ses habitants. Pourquoi alors ne pas en profiter pour s’entraîner à shooter ? En revanche il faut apprendre à le faire comme il faut puisque de jour comme de nuit nous avons des contraintes.

Photographier le ciel de jour

Ce qui va être compliqué en photographiant de jour c’est l’effet contrejour et la sur exposition à la lumière.  Le contrejour va dépendre de votre créativité et de votre capacité à faire une photo en vous déplaçant pour photographier votre sujet. Par exemple vous servir du sujet lui-même pour « cacher » le soleil ou simplement vous décaler.

En ce qui concerne la sur exposition et bien il faudra corriger cela en sous exposant votre photo. Il vous faudra jouer avec votre correcteur d’exposition pour trouver ce qui mettra le plus en valeur votre ciel. En effet, une trop grande sous exposition nuirait à votre photo surtout s’il y a un sujet autre que le ciel dans votre composition.

Photographier le ciel de nuit

Ce qui va être compliqué de ce côté ça va être le manque de luminosité et le risque de bruit sur la photo. Pour cela vous pourrez agir sur 3 axes : la profondeur de champs, la sensibilité ISO et la vitesse d’obscuration.

Pour la profondeur il vous faudra ouvrir au maximum votre objectif pour qu’il y est un maximum de lumière entrante naturelle (f avec le plus petit numéro). Le réglage de la sensibilité ISO devra se faire au plus maximum ou du moins à la hausse. A vous de faire plusieurs essaie pour éviter les bruits et de voir ce qui correspond le plus à votre modèle. Pour finir régler la vitesse d’obscuration (moment entre l’entrée de la lumière et la prise de vue) il vous faudra une pose longue.

Vous pouvez maintenant shooter les étoiles et les couchés ou levés de soleil en toute tranquillité.